à la Une

Vicious : une douce vengeance qui se savoure….

71u9+tQN5YLLe combat du mal contre le mal absolu.
Autrefois, Eli et Victor étaient les meilleurs amis du monde. Mais cette époque est bien finie. Elle est même… morte et enterrée.

À la fac, Eli le brun et Victor le blond partagent la même chambre. Ils sont inséparables et pourtant absolument aux antipodes l’un de l’autre. Victor, c’est l’ombre : complexe et torturé, il passe ses journées à noircir les ouvrages de développement personnel de ses parents pour laisser apparaître des slogans d’un pessimisme saisissant. Eli, c’est la lumière – un garçon fascinant, doté de toutes les qualités, charismatique et solaire. Pourtant, sous la surface lisse du visage parfait de son ami, Victor entrevoit des démons inavouables. Et il n’est pas au bout de ses surprises…

Car un jour, Eli fait la découverte du siècle : des pouvoirs surhumains semblent se manifester chez ceux qui ont subi une expérience de mort imminente. On les appelle des EO – pour  » ExtraOrdinaires « . Aveuglés par l’ambition et la curiosité, les deux amis se lancent un défi insensé : celui de frôler la mort pour percer ce mystère. Malheureusement, leur tentative tourne au désastre. Dix ans plus tard, Victor croupit en prison, tandis qu’Eli est acclamé en héros. Mais ce que le monde entier ignore, c’est que le véritable monstre rôde dehors, en toute liberté…

55454

Je vais être honnête avec vous, j’ai bien cru que je n’écrirais jamais cette chronique. Pour deux raisons. La première, j’ai eu une panne de lecture juste après avoir commencé ce roman, puis des problèmes de santé qui m’ont empêchés de pouvoir me concentrer sur la lecture. La seconde, c’est que, quand bien même les personnages ont su m’intriguer rapidement, j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire. La seule chose qui m’a fait continuer Vicious, c’est la passion inégalable de Robin pour V.E. Schwab et ce roman, longtemps teasé.

Et, maintenant que la dernière page est tournée, je ne peux que dire à quel point je lui suis reconnaissante parce que je serais passée à côté d’un roman incroyable qui a su faire monter une pression forte tout au long de sa lecture, une fois le début passé. Lire la suite de « Vicious : une douce vengeance qui se savoure…. »

Claudine ou la difficulté d’être transgenre au début du XXe siècle

91zpfMdsclL

France, début du XXe siècle. Claudine est né dans un corps assigné femme qui ne reflète pas l’homme qu’il est. Ce one-shot suit sa vie et ses nombreux amours tragiques tandis qu’il tente d’être aimé et accepté pour ce qu’il est vraiment : un homme dans un corps imparfait.

55454

081g2zec

J’ai toujours aimé les oeuvres de Riyoko Ikeda. La mangaka est très connue en France pour La Rose de Versailles (ou Lady Oscar chez nous) dont l’anime était diffusé dans le club Dorothé. Malheureusement, les éditeurs français sont un peu frileux lorsqu’il s’agit de sortir des oeuvres vintages, ce qui fait que l’on a peu de titres de la mangaka en France (La Rose de Versailles et Très cher frère qui était publié chez Asuka, ex-Kazé il y a plusieurs années mais qui est depuis, en arrêt de commercialisation).

Publié aux US, chez Seven Seas, Claudine est un one-shot paru en 1978. Riyoko Ikeda y met en avant un héros transgenre. Né dans un corps de femme au début du XXe siècle, Claudine a du mal à se faire accepter tel qu’il est. Aucune des femmes qu’il aime n’arrive à le voir comme un homme, sa mère tente de le faire soigner par un psychiatre…. Seul son père l’accepte pour ce qu’il est et l’élève comme un fils. Mais pour Claudine, cela ne suffit pas. Et la route qu’il emprunte se teinte de tragédie. Lire la suite de « Claudine ou la difficulté d’être transgenre au début du XXe siècle »

Whispering, les voix du silence : Une petite pépite pleine de douceur….

cover

Kôji est aujourd’hui un lycéen ordinaire. Mais lorsqu’il était enfant, il avait une capacité unique : celle d’entendre les pensées de tout ce qui l’entoure. Les objets, les plantes, les animaux… Mais aussi et surtout celles de ses proches. Très vite, ce don s’est en réalité révélé être une malédiction ostracisante. Ses parents eux-mêmes commençaient à craindre leur enfant, qui pouvait sans le vouloir connaître leurs pensées les plus intimes. À l’adolescence, Kôji a perdu ce pouvoir, et il réussit désormais tant bien que mal à s’intégrer au lycée. Mais un jour, il croise la route d’un petit garçon qui, comme lui autrefois, possède ce « don ». D’abord réticent et indifférent, voire effrayé, il va finalement se prendre de sympathie pour lui et décider de l’aider. Au même moment, un changement s’opère en lui…

55454

C’est en voyant tous les bons retours qu’il avait sur le net que j’ai décidé de donner sa chance à Whispering. Je ne savais pas à quoi m’attendre en démarrant la lecture mais j’ai rapidement compris, au fur et à mesure que je dévorais le premier tome, ce qui charmait autant les gens. Lire la suite de « Whispering, les voix du silence : Une petite pépite pleine de douceur…. »

On n’est jamais bizarre sur Internet (ou presque), lecture rafraîchissante et surprenante !

81gDp7iHj0L« Salut. Je m’appelle Felicia Day. Je suis actrice. La nana bizarre dans cette série de SF ? Mais si, vous voyez de qui je veux parler. Je ne suis jamais sur l’affiche, mais j’ai quelques chouettes scènes qui font rire les téléspectateurs. Vu que je suis rousse, je collectionne les sixièmes rôles, et j’ai pratiquement inventé l’archétype de la hackeuse mignonne mais complètement barrée.

Il y a sept ans, j’ai commencé à tourner des vidéos dans mon garage avec une caméra d’emprunt. Aujourd’hui, je jongle entre mes rôles à la télé, l’écriture, la production et la gestion d’une compagnie de vidéos Internet appelée Geek & Sundry. Je suis également une fana des médias sociaux (« accro » est mon deuxième prénom) : plus de deux millions et demi de personnes me suivent sur Twitter et je suis souvent la seule femme sur la liste des nerds les plus éminents, ce qui m’a valu de me faire introniser « Reine des Geeks » par la presse. Personnellement, je refuse d’utiliser ce titre, mais quand quelqu’un d’autre l’utilise je ne discute pas. Je le prends comme un compliment. C’est vrai, quoi ! Qui n’a jamais rêvé d’hériter d’une dynastie juste parce que c’est dans son sang ? Pas besoin de bosser. Juste ! Vous êtes l’élue ! »

55454

Felicia Day, je l’ai connue pour son rôle de potentielle dans la dernière saison de Buffy (si vous savez, la petite rouquine toute mimi !). Mais c’est dans Supernatural que je suis tombée sous son charme (elle joue Charlie, une jeune femme geek, pleine de peps qui se retrouve malgré elle dans le collimateur de monstres. C’est un peu la petite soeur que n’ont jamais eu les frères Winchester, une sacrée badass !).

J’avais eu vent de ce livre où elle raconte son parcours, ses difficultés, ses doutes, ses combats….  Et en lisant, on s’identifie facilement à elle. Parce que Felicia Day, c’est une femme simple, proche de son public et c’est rafraîchissant. Lire la suite de « On n’est jamais bizarre sur Internet (ou presque), lecture rafraîchissante et surprenante ! »

Barbie, The Icon : La bible référence pour tous les nostalgiques !

51NPanOiDoLUne poupée Barbie est vendue toutes les trois secondes quelque part dans le monde.

Créée en 1959, symbole de la femme libre dans toutes les cultures et tous les pays, elle n’a pas pris une ride et a su rester moderne grâce à ses nombreux changements de style et de physionomie. Dans ce magnifique recueil, on suit l’évolution de la poupée Barbie, sur fond d’événements mondiaux historiquement et culturellement importants. Au fil du temps, Barbie a incarné près de 150 professions et représenté plus de 40 nationalités différentes. Icône de la mode, elle a collaboré avec plus de 75 designers, dont Valentino, Versace, Dior, Gucci, Calvin Klein, Prada et Givenchy.  Barbie a brisé les barrières culturelles, sociales et linguistiques, tout en faisant preuve d’un fabuleux sens de la mode. Organisé en cinq chapitres – Barbie au fil du temps, Chronologie, Barbara Millicent Roberts, Icône du style, Forever… Superstar – Barbie, The Icon célèbre l’impact qu’a eu Barbie sur trois générations : mode de vie, style, culture pop…

55454Ce livre me faisait de l’oeil depuis sa sortie. Barbie, j’ai grandie avec, c’est une part de mon enfance, alors forcément, la nostalgie s’est emparée de moi lorsque je l’ai vu. Lire la suite de « Barbie, The Icon : La bible référence pour tous les nostalgiques ! »